L’argent fait le bonheur?

Classé dans : Développement personnel | 9

Ce week-end, je suis tombée sur l’article d’Odile Sacoche. Je ne souhaite pas donner mon avis sur la célébrité, mais plus tôt rebondir sur mon rapport à l’argent et partager avec vous la réflexion que ce texte a suscité en moi. L’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue fortement. On n’achète pas ses vrais amis, on n’achète pas la santé ou le hasard, mais on achète tout le reste. On le sait tous, c’est évident. J’ai grandi dans la pauvreté. Sans faire dans le Zola, mon père est décédé jeune, laissant ma mère seule avec 3 enfants et son boulot d’aide soignante ingrat et mal payé. J’ai travaillé dur pour réussir mes études (de droit), je travaillais les week-ends et toutes les vacances pour acheter cette chance d’étudier et ainsi, m’en sortir dans la vie. Déjà là, j’ai vite compris que sans argent, tout est plus difficile. Mais réussir sans argent, c’est d’autant plus méritant dit-on pour s’encourager (pourtant, j’aurais vraiment aimé avoir papa-maman derrière moi pour payer mon loyer et ma bouffe pendant ces 7 années!!).

MoneyOn m’a toujours dit que l’argent était important, pas pour ce qu’il est, mais pour ce qu’il permet. Avec de l’argent on s’offre le confort. On s’offre le plaisir, on s’offre des vacances, on s’offre du vernis. C’est ce qu’on croit un certain temps. On pense qu’avec un bon salaire, ou un bon héritage, un riche mari ou le pactole au Loto, on aura la plus belle vie au monde et on sera heureuse jusqu’à la fin des temps. C’est pour atteindre cet objectif que j’ai fait des études, que je me suis accrochée. Pour avoir un travail qui paie bien, être indépendante, et ne pas souffrir des mêmes problèmes d’argent que ma mère. Sur ce point, j’ai réussi. La route a été longue, sinueuse, et ponctuée de sacrifices (comme trouver le courage de tout lâcher et recommencer à zéro de l’autre côté de l’Atlantique). Mais en visant cet objectif, j’ai bien failli perdre de vue mon seul et unique vrai but dans la vie: être heureuse. Et non pas être riche.

TulipesDepuis que je vis au Canada, j’ai un meilleur travail et un bien meilleur salaire qu’en France. Chéri aussi. Notre niveau de vie a considérablement augmenté, nous avons atteint, non sans encombres, ce que beaucoup recherchent: le confort matériel. Mais pour autant, pendant longtemps, je ne me sentais pas si heureuse que ça, au fond de moi. Pourquoi donc? J’avais enfin une certaine aisance financière (sans pour autant être riche), mais le bonheur n’était pas au rendez-vous… M’aurait-on menti? Toute cette histoire d’argent, ne serait-ce qu’un complot né d’une société détraquée qui a perdu les vraies valeurs humaines? Pourquoi ce bonheur tant promis et attendu n’était-il pas au rendez-vous? C’est alors que j’ai commencé à réaliser qu’en fin de compte, le bonheur, c’est une somme d’infimes détails et de moments agréables que l’on vit chaque jour sans y prêter attention.

LoveLe bonheur, c’était les soirées entre potes le soir après les cours à la Fac (on mangeait des spaghettis et on regardait Loana et Jean-Édouard dans la piscine). Le bonheur, c’est prendre un douche bien chaude après une journée à jouer dans la neige. C’est s’endormir avec le ronronnement d’un chat à son oreille. C’est retrouver des photos de moi bébé, dans les bras de mon père. C’est voir les fleurs pousser dans un parc. Le bonheur, c’est tout le temps et tous les jours. J’avais d’ailleurs abordé ce sujet dans un défi consacré aux petites choses qui nous rendent heureuses ICI. Vous me direz que c’est facile à dire, vu que je joins les 2 bouts chaque mois. Justement. Tant que je n’avais pas d’argent, je croyais dur comme fer que l’argent me rendrait heureuse. Maintenant que j’en ai, je me rend compte qu’il n’est vraiment qu’un atout, un plus, un joker, mais que l’essentiel est accessible à tout le monde à partir du moment où on décide d’être heureux. Finalement, le bonheur c’est un état d’esprit, une façon de voir le monde, d’aborder les problèmes. C’est un trait de caractère à cultiver. Le bonheur, ce n’est pas d’attendre qu’il fasse beau et chaud tous les jours, c’est d’apprendre à chanter sous la pluie. Le bonheur ça se mérite, on ne le trouve pas sur le pas de sa porte un beau matin. L’argent embellit la vie, mais ne rend pas belles les âmes laides. L’argent, c’est la cerise sur le sundae. Si on en a tant mieux, si on en n’a pas, on trouve un autre chemin.

PissenlitsJ’étais heureuse quand j’étais « pauvre », j’avais une mère présente, des frères solidaires, la vaste campagne drômoise pour aire de jeu. Puis j’ai rencontré des amis que j’ai toujours, pour la vie. J’ai appris à faire beaucoup avec rien. Maintenant que je n’angoisse plus pour payer ma facture d’électricité ou mes soins dentaires, je ne veux pas vivre dans l’angoisse de perdre ce confort. Je sais que tout peut basculer à tout instant. Je ne suis pas à l’abri du chômage ou d’ennuis de santé. Chéri non plus. Je ne veux pas vivre comme ces gens qui angoissent à l’idée de perdre leur précieux trésor (c’est une image, hein, je n’ai pas de magot caché sous mon matelas). Alors je ne veux pas baser ma vie sur l’argent, mais sur ce qu’il me restera le jour où je n’en aurais plus. Je sais en profiter tant que j’en ai, j’en fait profiter mon entourage et je donne aux moins bien lotis. Mais tout n’est que provisoire et précaire alors je préfère de loin m’attarder sur les petits détails qui me font sourire. L’argent n’est pas le bonheur, il est un bonus. Et comme tout bonus, on doit le voir pour ce qu’il est: un agrément du quotidien. L’argent, comme la santé, est précaire et volatile. Ça va, ça vient. Le bonheur, lui, est infini si on comprend ce qu’il est réellement.

En un mot, définis ton bonheur, tu définiras ton rapport à l’argent. Si le bonheur c’est de rouler en Ferrari et partir en vacances sur un yacht privé, c’est sûr, il faudra de l’argent. Mais si au fond de soi on prend conscience de ce qu’on attend vraiment dans la vie, l’argent ne sera plus une fin en soi.

Photography of the blossomEt vous, pensez-vous sincèrement, après mûre réflexion, que l’argent fait vraiment le bonheur?

Share

9 Responses

  1. Charlotte B.B.

    Magnifique article ma jolie, je suis entièrement d’accord avec toi.

    Je traverse une passe difficile financièrement, en raison de mon dernier employeur qui a fait faillite : il me doit un mois et demi de salaire, et le reste. Le chômage est bien maigre par rapport au salaire que j’avais. Mais comme tu dis, malgré tout, à chaque jour son lot de petits bonheurs. J’ai été très angoissée quand le couperet m’est tombé dessus car Chéri était encore apprenti et n’avait qu’un demi salaire, jusque là c’était moi qui avait toutes les factures à mon compte, et lui les courses alimentaires. Malgré tout, nous avons trouvé de l’aide, et maintenant il a signé son contrat d’employé. Nous recommençons à respirer financièrement. Cependant, jusqu’à présent, j’ai profité de chaque jour passant, je me suis dit que ce n’est qu’une passe qui touchera à sa fin, que je vais retravailler. Et j’ai utilisé cette passe (encore à l’heure actuelle) pour faire des choses que j’aime et que je laissais trop à l’écart quand je travaillais : aller à la salle de sport de bon matin, marcher, faire quelques courses à mon aise, profiter de chaque câlin de mes loutres, bouquiner, faire bronzette sur le balcon quand il fait beau, acheter des fleurs… Cette pause me permet de renouer avec moi-même. Je me sens désormais prête à retravailler, pas pour vivre, mais pour avoir cette aisance financière…

    Tu as un rapport très sain à l’argent, et à la vie en général.

    Continue de profiter de chaque instant, c’est ça la vie 🙂

    Bisous,

    Charlotte

  2. Marion

    L’argent donne l’accès au confort ce qui contribue au bonheur en petite partie parce que c’est beaucoup plus facile d’être heureux quand on n’a pas à se soucier de savoir si on pourra manger autant qu’on veut ou si on aura toujours un toit sur notre tête. En revanche, je suis d’accord avec toi que ce n’est pas l’argent qui fait le bonheur. Mon enfance a été à l’opposé de la tienne. J’ai grandi avec un papa qui m’offrait tous les jouets du monde, qui était bien vivant mais qui ne m’a jamais dit qu’il m’aimait alors je suis bien placée pour savoir qu’on peut avoir une chambre débordante de poupées, châteaux, peluches et jeux vidéos en tout genre et être une petite fille terriblement triste. Mon père a été abandonné par son père et il a depuis cette façon de vivre qui fait qu’il achète sans compter de peur de manquer. J’avais commencé à devenir comme lui et puis, j’ai réalisé que je m’achetais des kilos de vêtements et de maquillage dont je ne profitais même pas et que ça ne me rendait même pas heureuse. Je crois au fond qu’on confond tous ce dont on a besoin pour survivre et qui s’achète, et ce dont on a besoin pour être heureux et ça, on ne le trouve pas dans les magasins. Et c’est très bien de ta part de nous faire réfléchir et échanger sur le sujet. Des bisous!

  3. Odile Sacoche

    Mais quel bel article !
    Tu écris bien tu sais.

    Dans mon article, je ferai surtout référence que pour moi, avoir plus d’argent me permettrait d’être plus libre. Je pense aux factures, aux emprunts, au fait surtout d’avoir de l’argent pour ne plus travailler (raccourcis facile je sais).
    Mais comme tu le dis si bien, l’argent ne fait pas le bonheur, c’est un gros plus. Et je suis contente de prendre conscience de ça. J’arrive encore à m’émerveiller des choses au quotidien comme le chant des oiseaux à 6h du matin quand tu sors le chien.

    Je te rejoins sur le fait qu’il faut en profiter quand il y en a . C’est quelque chose que j’ai du mal à faire, car je me responsabilise trop (toujours cette croyance d’argent = liberté). Je pense toujours « à plus tard » : il faut garder, économiser, ne pas le jeter par les fenêtres, on ne sait jamais, au cas où. Ce qui n’est pas du tout une attitude gagnante (je crois en la loi de l’attraction)/ Mais récemment mon copain m’a dit qqch de très censé : on ne sait pas où on sera demain, il faut profiter de ce qu’on a, quand on l’a. Cette année on se fait un beau voyage pour la première fois de notre vie. Et ça me rend tellement heureuse. J’ai bien conscience que l’argent m’a permis ça aussi, mais tout en gardant en tête, que les autres années sans voyage j’étais tout aussi heureuse.

    Bref, très bel article

    PS: je ne savais pas que tu étais une « expat' » 🙂

  4. ciloucr

    Merci pour ce bel article. Je me rends compte grâce à toi que suivant la définition du bonheur tu as le rapport à l’argent de la personne.
    Je ne savais pas que tu étais une expatriée.
    Bises

  5. Melle La Démone

    J’apprécie grandement ton article, il dévoile bien le cheminement que chacun doit faire face à l’argent afin de le mettre à la place qui est la sienne par rapport au bonheur. Je pense reprendre ton article dans la journée ou la semaine pour partager mon cheminement.
    Très bel article, je craque pour les tulipes et les chats – comme toujours.
    Bises

  6. Skull and Beauty

    chouette réflexion que cet article. Comme toi je suis issue d’une famille vraiment pauvre, il a fallu batailler pour etudier … et j’ai réussi, en embrassant le metier d’ingenieur informatique. comme toi à joindre les 2 bouts sans difficultés avec mon homme qui exerçait le meme metier. Puis à l’arrivée de mon premier garçon, j’ai plus voulu cela. vie artificielle, entourée de gens au travail qui n’avaient pas les memes idées … j’ai tout arrêtée. Au fur et à mesure j’ai perdu en salaire evidemment, je me suis cherchée, j’ai embrassée d’autres métiers, d’autres voies …. pour me trouver aujourd’hui, j’entame une conversion professionnelle pour créer ma boite. il m’a fallu du temps et du courage pour y venir …. énormément !!! il m’en faudra encore beaucoup également pour faire comme toi, bouger de pays, j’y reflechis en ce moment, justement…. et malgré les diminutions de salaires et de moyens, non, je ne suis pas moins pauvre, j’ai gagné en richesse de vie, et pour le moment je ne regrette pas mes choix. alors oui, tu as raison, l’argent ne fait pas le bonheur, il faut simplement apprendre à vivre, et l’argent du coup, devient moins important ….

  7. Serena

    Ton article est magnifique, rien d’autre à dire ! Ta réflexion est juste, mais on ne s’en rend pas toujours compte, pris dans le tourbillon de la vie, on a des envies et on pense qu’on ne sera heureux qu’une fois toutes ces envies (sans fin !) assouvies. Pourtant, tu as tellement raison, tu es dans le vrai, il faut juste en prendre conscience. Je suis d’accord pour dire que l’argent ne fait pas le bonheur, mais faut reconnaître qu’il y contribue quand même, à mes yeux du moins 😉 Bisous ma choupette <3

  8. Belette

    Quel bel article…moi, j’ai grandi avec une mère radine qui dépensait pour elle mais peu pour nous, nous avions toujours des vêtements de récup et mon père lui payait de beaux vêtements très chers à l’époque…. Mes bonheurs de petite fille, c’était de jouer à l’extérieur avec ma voisine….Lorsque j’ai fini mes études et gagné ma vie, j’ai eu un besoin compulsif de m’acheter des CD, des fringues de marque, des cosmétiques de marque….pour compenser ce que je n’avais pas eu petite puis petit à petit, je n’ai acheté que ce dont j’avais besoin ou réellement envie. A ce moment-là, mon rapport à l’argent a changé, c’est bien d’en avoir pour la sécurité et se faire plaisir mais mes bonheurs, ce sont les moments passés avec les gens que j’aime, les livres, d’aller courir ou me promener dans la nature, passer du temps sur internet, et les vernis bien sûr!!!

  9. MissHD

    Salut,
    Disons surtout que avoir de l’argent, juste ce qu’il faut, te permet de ne pas te tracasser sur des choses basiques de la vie (toit, manger, s’habiller). C’est quand même un atout qui a son importance, je trouve.
    Mais maintenant, oui, je vois bien les choses à ta manière.
    D’ailleurs, je déteste quand les amis me sortent j’ai plus de sous, je reste chez moi. Ça me gonfle à mort, parce que je me moque de la tune, je veux mes amis, alors si ce n’est que ça, ben on s’arrange. XD Non ?
    Evidemment, maintenant, je sais pourquoi fin du mois parfois, je suis fauchée. 😛
    Haha !
    Allez, vivons heureux !
    A plus,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.