Ma lettre au Père Noël

Classé dans : Défis du lundi | 7

J’ai longuement hésité à publier ce défi. Trop futile, trop léger, trop irréel au lendemain du cauchemar. Je me suis alors demandé combien de temps il me faudrait pour que le futile ne me paraisse plus si indécent. La réponse s’est imposée avec évidence, il n’y a qu’une alternative pour moi: me morfondre et me lamenter sur la cruauté illimitée de ce monde ou reprendre au plus vite le cours de ma vie. La première hypothèse est inutile car les émotions négatives ne mènent à rien si ce n’est au chaos. La deuxième hypothèse me paraît plus belle. Reprendre le cours de la vie ne veut pas dire qu’on nie la réalité, qu’on ne s’indigne pas ou qu’on est indifférent. Reprendre le cours normal de sa vie c’est s’obstiner à poursuivre la voie qu’on a ouvert. C’est rester positif. C’est contribuer à remplir ce monde d’amour et de paix. C’est montrer que la terreur ne doit pas prendre le pas sur la peur et la consternation. Je ne demande à personne de partager mon point de vue. Je vous demande de le respecter comme je respecte le vôtre. Je comprendrais que l’on n’ait pas le cœur à fêter Noël le mois prochain. Pour ma part c’est l’inverse, j’ai plus que jamais le cœur qui saigne et Noël apportera de la chaleur pour stopper l’hémorragie. Pour ma part, je ne vais pas laisser la folie d’une poignée gâcher un seul instant de ma vie…

Muguet

Bien sûr, l’actualité voudrait que je demande au Père Noël d’apporter la Paix sur terre, de ramener ceux que la folie a emporté trop tôt, de suturer des plaies qui jamais ne se refermeront. Mais je n’ai plus 5 ans. Je sais que ce n’est pas le Père Noël qui va faire de ce monde un monde meilleur. C’est chacun d’entre nous. C’est moi. C’est toi qui me lit. C’est nous tous. Chaque geste compte. Je veux donc continuer à répandre un peu de joie, de rêve, de futilité, d’arc en ciel et de paillettes dans la grisaille pour qu’elle ne devienne jamais noirceur. Je veux continuer à sourire malgré tout. Je veux fêter mon anniversaire le mois prochain. Je veux plus que jamais serrer mes proches dans mes bras à Noël. Je veux plus que jamais profiter de la chance et du miracle qu’est ma vie. Je veux continuer à savourer en pleine conscience la vie qui m’est donnée. Je ne veux pas passer le temps qu’il me reste à pleurer au fond de mon lit, roulée en boule et terrorisée. Je veux dire merde à l’intolérance, à la barbarie, au racisme, aux préjugés, à la violence, à la guerre, à l’injustice. Je rêve d’un monde idéal qui n’existe pas sauf dans ma tête.

Hydrangée

Ma lettre au Père Noël va donc représenter ce que je suis, ce que j’ai toujours été. Une femme qui revendique sa féminité, son âge, son poids, sa liberté. Une femme qui veut sortir seule le soir si elle le souhaite. Une femme qui veut sortir entre amies si elle le veut. Une femme qui n’a pas d’enfant. Une femme qui fait les choix qu’elle estime justes. Une femme qui s’efforce à chaque instant d’être heureuse sans rien enlever au bonheur des autres. Alors pour Noël 2015, je ne vais rien changer à ma ligne de conduite. Je vais proposer une foule de cadeaux possibles à mes proches afin d’inspirer ceux qui sont en panne d’idée. Mais je vais laisser comme toujours la chance à chacun de me surprendre par le présent de son choix. Un simple coup de fil suffira à éclairer ma journée. Contrairement à ce que ce blog pourrait laisser penser, je ne suis absolument pas matérialiste. Mes valeurs et mon bonheur ne s’achètent pas. Mais les petits cadeaux, utiles ou futiles, contribuent à la magie de Noël et sont des marques d’amour. Avec vous aujourd’hui je ne vais partager que des images positives, des photo de calme, de tranquillité et de sérénité, d’innocence. J’ai besoin de souffler et de me réchauffer l’âme.

Fleur de cerisier

J’ai plus que jamais la rage au ventre face à l’injustice. J’ai plus que jamais envie de vivre recluse dans une cabane au fond des bois, bercée par la nature, loin de la cruauté des hommes. Mais la fuite n’est jamais la solution. Alors je ne manque pas de m’indigner dès qu’il le faut, et pour Noël 2015 je serai plus généreuse que jamais avec les causes qui me tiennent à cœur.

Si vous avez écrit votre lettre au Père Noël aujourd’hui, quelle qu’elle soit, vous pouvez la partager en commentaire ci-dessous.

Vive la paix, vive l’amour, vive le respect, vive la tolérance.

Share

7 Responses

  1. Chouby

    Bonjour My beauty je partage totalement ton avis il ne faut pas se laisser aller à la tristesse (a moins d’avoir perdu un proche et faire son deuil).J’ai la chance qu’aucun de mes proches soit blessés ou mort. C’est sur cela m’attriste de voir des lâches et des gamins sans cerveau qui se font endocriner. Allah n’a jamais demandé de tuer des hommes ces gens se servent de la religion, ce sont ces humains qui inflige cela au gens. Et puis déprimer ne servira à rien autant essayé de profiter malgré tout. Je n’avais pas écris ma lettre au père noel je manque d’organisation en ce moment et surtout mes parents lissent mon blog et je ne voudrais pas qu’il se ruine se prive pour m’offrir des trucs alors que je sais qu’ils ont des fins de moi très difficile.

  2. Esmerine

    Coucou Miss,
    Je suis heureuse de lire ton article. J’ai longtemps hésité à participer cette fois-ci parce que je n’arrivais pas à écrire. Et j’avais besoin en même temps, de faire un point sur tout ça. Et d’envisager plus positivement la suite.
    Ton article m’a profondément touchée ! Juste envie de te dire « Merci ».
    Le mien est ici : http://lessecretsdesmerine.eklablog.fr/lettre-au-pere-noel-defi-du-lundi-a119287640, un peu plus naïf… ^^
    Gros Bisous <3

  3. Serena

    Tu as tout dit : Peace For World, amour, respect, tolérance et paix dans le monde, si seulement c’était possible ! <3 Je t'embrasse ma choupette !

  4. Cosette

    Merci pour ce joli Texte tout en poësie
    Il reflète ce que je pense tout bas, que je n’aurai su mettre en texte
    un grand Merci
    bonnes fêtes de fin d’année à vous

  5. Cosette

    bonjour
    merci pour ce joli texte tt en poësie
    juste comme ça, ce texte reflète ce que je pense tout bas, que je n’aurai su mettre en texte

Laissez un commentaire