Savoir lire les étiquettes [défi du lundi]

Classé dans : Défis du lundi | 3

J’ai commencé à m’intéresser au jargon des étiquettes il y a une quinzaine d’année, lorsque mon petit ami de l’époque, souffrant d’allergies et d’intolérances alimentaires, devait éviter à tout prix certains ingrédients. J’ai donc appris ce que signifie la plupart des codes de colorants, d’exhausteurs de goût ou autres agents texturisants. M’attarder à la signification des composants de mes cosmétiques est donc venu naturellement, pour le plaisir du décryptage de ce véritable langage codé mais surtout pour reconnaître les « bons » des « mauvais » ingrédients. Je ne suis pas obsédée par la composition de mes produits, mais j’aime, autant que possible, privilégier les ingrédients qui apportent des bénéfices à ma peau. Je pense que savoir lire les étiquettes est indispensable pour être une consommatrice avertie, c’est pourquoi je souhaite qu’une simplification des appellations se mette rapidement en place!

Savoir lire les étiquettesJe ne bannis aucun ingrédient, mais à produit similaire, je vais privilégier celui qui ne contient pas d’huiles minérales, pas de PEG, pas de parabènes, pas de silicones, pas d’EDTA, pas de SLS. Si leur toxicité pour la santé n’a jamais été formellement prouvée (ils seraient alors interdits), on est en droit d’avoir certains doutes. Mais essentiellement, j’évite ces ingrédients dans la mesure du possible car c’est leur impact sur l’environnement qui m’interpelle.

Chanel la solution 10Je privilégie certains ingrédients qui sont bénéfiques pour ma peau et répondent à ses besoins. L’acide hyaluronique et ses dérivés est en top list car ma peau déshydratée en raffole. J’aime aussi les vitamines (en dosage modéré car elles peuvent faire plus de ravages que de bien), les huiles végétales (jojoba, argan, amande, avocat, karité…), la glycérine végétale, les extraits de fleurs et de végétaux, les acides (glycolique, lactique, AHA, acides de fruits…)

Je fais attention aux parfums, car ma peau sensible réagit beaucoup aux composés parfumés. J’évite au maximum les huiles essentielles car, même à très faibles doses et dans des produits naturels dédiés aux peaux réactives, il m’arrive de faire des réactions violentes (plaques rouges qui démangent…). Il faut alors que je teste le produit avant de l’utiliser.

Cela fait des années que je n’ai pas appliqué un produit sur mon visage sans avoir au préalable lu la composition et fait quelques recherches sur la marque. Tout simplement parce que j’aime savoir ce qui marche sur moi ou non et que j’aime savoir si j’ai acheté un soin trop cher pour ce qu’il contient! Savoir lire les étiquettes c’est, selon moi, la clef pour comprendre comment fonctionne la peau et comment fonctionne la science des cosmétiques.

Et vous, lisez-vous les étiquettes de vos cosmétiques? de vos aliments?

Retrouvez l’énoncé du défi du lundi ICI. Si vous l’avez relevé, laissez-moi le lien vers votre participation en commentaire pour que je puisse aller vous lire.

Bonne semaine!

Share

3 Responses

  1. chouby

    De temps à autre je lis bien que j’aime faire mes produits home made . J’aime aussi acheter et me tartiner de produit chimique le plus souvent ceux de pharmacie . Je pense qu’il faut écouter sa peau tout simplement.

  2. Ciloucr

    J’ai relevé le défi sur mon blog. Je fuis un peu les huiles essentielles pour cause de peau sensible sinon je ne lis pas trop les étiquettes en cosmétique.
    Passe une belle semaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.