Le temps file si vite! Introspection et quête de soi

Classé dans : Bla Bla | 1

Je suis toujours pleine de bonne volonté. Je suis toujours aussi attachée à mon blog, à cet espace d’expression que je cultive du mieux que je peux, plus ou moins assidument, depuis bientôt 8 ans. Mais comme on dit, la vie nous happe et son tourbillon nous gobe tout cru. Les jours passent et je me dis « oh mais demain, il faut absolument que je prépare un article! ». J’ai tant de choses à dire, à partager. Mais si peu de temps. Le temps. Le temps file si vite! Non mais rendez-vous compte, on est déjà presque à Noël… En apparence, si vous errez de temps en temps sur le blog ici ou sur mon compte Instagram, vous devez trouver tout ça bien calme, silencieux et désert. Mais détrompez-vous, je ne dors pas!

New York skyline

Il faut d’abord que je vous dise que, comme beaucoup, ma vie professionnelle est très prenante. Prenante en temps et en énergie. Avec les temps de trajets, les déplacements professionnels à l’extérieur du bureau, les réunions, le boulot quoi, je me fait phagocyter 60 heures par semaine. Ajoutez à cela le temps de dodo, les activités incontournables de la vie courante comme faire les courses, le ménage, les lessives, la bouffe… et bien c’est mathématique, je ne peux pas en ce moment consacrer le temps de qualité que mon blog mérite. Ça me désole. J’ai non seulement l’impression de vous abandonner, mais également la coupable sensation de négliger mon bébé. C’est déchirant.

Tout cela empiète même sur ma vie sociale. Le temps consacré à mes amis s’est réduit à une peau de chagrin. Je perds de vue trop de gens que j’aime. Oh je pourrais trouver quelques heures un soir pour aller manger au restau avec des amis. Je pourrais réserver quelques heures pour une promenade en forêt avec mon amie et son chien. Ce n’est pas au final un problème logistique car quand on veut vraiment trouver du temps, on le trouve. Le problème est finalement dans la tête. Je n’ai pas du tout, mais pas du tout la tête à ça. Quand je fais quelque chose, je suis pleinement dedans. Ça vaut aussi pour le temps passé avec mes proches. Je vis le moment pleinement, je savoure leur présence. Mais je suis tellement absorbée par le mouvement, tellement emportée par ce fameux tourbillon, que je ne trouve pas, en ce moment, l’énergie positive suffisante pour être une compagnie agréable. Je ne suis pas dans un état d’esprit sociable. Est-ce que ça vous arrive aussi de ne pas être capable de voir vos proches, des gens que vous aimez pourtant, car vous n’en avez pas l’énergie suffisante?

phare Maine

Ce n’est pas la première fois que je traverse ce genre de période. Au final, je me rends compte que je suis du genre à concentrer toute mon énergie, physique et mentale, sur un seul pan de ma vie. J’ai 3 grands axes dans ma vie: mon travail, ma vie sociale, mon développement personnel. Les 3 ne sont pas segmentés, ils s’influencent l’un l’autre, mais basiquement, quand je suis absorbée dans l’un de ces axes, je n’ai plus d’énergie pour les autres. Je connais des périodes d’interactions sociales intenses. Sorties, repas, téléphone, Skype, Whatsapp, cafés… j’ai beaucoup de contacts avec beaucoup de personnes différentes, ça me fait du bien. Puis, pour diverses raisons, un autre axe prend le dessus. En ce moment, c’est le travail. Cette année est riche en rebondissements (changements de postes, de collègues, de tâches, de boss…) et ma vie professionnelle requiert toute ma concentration. D’autres fois, c’est mon développement personnel qui prime. Je blogue, j’écris, je suis un cours, je prends du temps pour moi, je fais des travaux dans la maison, je passe beaucoup de temps avec Chéri et les enfants poilus, je voyage, je fais du yoga… je n’ai alors plus du tout la tête au travail ou aux amis. C’est vraiment bizarre, je suis étrangement incapable de répartir mon énergie également entre les 3 pôles principaux de ma vie! Tout ça manque d’équilibre…

Toute cette réflexion personnelle ne sort pas du néant. Pour vous, cet article semble peut-être surgir du cosmos sans raison. Mais certaines savent que j’avais l’habitude avant d’écrire des articles plus personnels régulièrement. Je pense qu’ils sont entassés dans la rubrique Bla Bla du blog, si vous n’avez rien de mieux à faire, je vous invite à y faire un tour. Je disais donc que j’avais l’habitude de parler ici d’autre choses que de cosmétiques. Je racontais un peu ma vie ou je réfléchissais à voix haute (enfin, j’écrivais librement, vous voyez ce que je veux dire. Écrire plutôt). Et bien ça me manque. Et avec cet article, j’ai l’intention de recommencer à vous bassiner avec des articles plus diversifiés.

Depuis cet été, je suis en grande réflexion sur moi-même. Le sens de ma vie. Qui je suis. Où je vais. Toussa toussa. L’approche de la quarantaine me file des sueurs froides. Pas parce que je vieillis, mais parce que je me demande ce que je vais bien pouvoir faire du reste de ma vie. Je fais une sorte de bilan géant sur moi-même et l’écriture m’aide beaucoup. Depuis cet été, j’ai noirci des milliers de pages de pensées, d’idées, de réflexions. Je m’explore avec sérieux comme je ne me suis jamais analysée avant. Je pense que c’est ça, la quête de soi. Des mois de lectures, de curiosité, d’analyses, de réflexions, d’auto évaluation. Et cette quête porte fruit. Je réussis pour la première fois de ma vie à comprendre réellement et objectivement comment je fonctionne. C’est parfois moche d’arrêter de se mentir à soi-même. C’est parfois déchirant de regarder les choses en face. Mais au final c’est tellement enrichissant. Je commence à trouver une sorte de paix intérieure que je n’avais jamais ressenti auparavant. J’arrive à mettre des mots sur mes sensations et mes sentiments. J’arrive à comprendre qui je suis. C’est un chemin tortueux, difficile et long, mais tellement enrichissant.

On passe sa vie à se chercher, à chercher le bonheur, à chercher l’amour, l’argent ou la gloire. On cherche tout le temps. La vie est une quête. Depuis plusieurs moi je m’efforce, malgré le brouhaha de ma vie en ce moment, de travailler sur moi-même et de remettre de l’ordre dans tout ça. J’ai très envie d’en parler avec vous. Non seulement parce que pour moi l’écriture est une thérapie, mais aussi parce que je sais que nous sommes très nombreuses à vouloir travailler sur nous-même, à nous chercher, à tenter de mieux nous comprendre, à donner un sens à notre vie. Alors je pense que partager mes réflexions, mes lectures, mon cheminement pourra peut-être en inspirer d’autres.

En tous cas, vous parler de tout ça me fait du bien, c’est déjà ça!

PS: si vous aussi vous êtes en pleine quête de vous-même, faites-moi signe 🙂

 

 

Share

One Response

  1. Serena

    Coucou ma Beauté,
    Je suis un peu dans le même mood que toi en ce moment j’ai l’impression, l’essentiel étant de trouver le bonheur, car souvent on se met à courir partout, on ne sait pas trop après quoi, pensant qu’on va être heureux, puis en fait non…
    Trouver sa voie n’est pas si simple surtout qu’on évolue sans cesse alors le chemin emprunté est parfois long et sinueux, mais l’essentiel est d’y parvenir <3
    Plein de bisous et MP si besoin, ça fait si longtemps qu'on a pas parlé toutes les 2 !

Laissez un commentaire